Forum

[Topic Expérimental] La Science fiction et vous ?

Un forum où l'on parle de musique, de cinema, de spectacles, de bouquins... de culture quoi !

Modérateur: Modérateurs

Messagede Wawan » 10 Sep 2006, 09:47

Ensuite, au lieu de faire une description basique, plate et ô combien ennuyeuse, il faudrait plutôt que ce soit le héros qui nous explique la vie dans son monde à travers ses recherches, et les problèmes qu'il recontre. Son travail d'historien/archéologue pourrait aussi servir à développer le côté culturel de ce monde.

De toute façon il faut d'abord développer le monde dans lequel cela se passera avant de vraiment commencer à rédiger, sinon ça va être complètement embrouillé au bout de quelques chapitres. Surtout qu'avec 4-5 factions différentes, ça va pas être aussi manichéen qu'un truc comme Star Wars (pour ceux qui connaissent... :wink: ).
Anciennement Patricien79
Avatar de l’utilisateur
Wawan
Gold Member
Gold Member
 
Messages: 6126
Inscription: 03 Mar 2006, 11:52
Localisation: Entre le Vexin et la Bretagne

Messagede flox » 10 Sep 2006, 10:44

C'est justement ce que je voulais dire spin, leur présence n'a pas l'air assez marqué dans la suite de l'histoire, car s'il s'aventure sur d'autres mondes, à moins d'inventer un passge de colonisation interplanétaire (violent de préférence pour créer des rancoeurs des autochtones ainsi qu'un mouvement de rébellion pouvant soit empêcher le héros de mener à bien son projet, soit au contraire l'aider ), ils passeront de omnprésent sur la planète de départ, à absent. Mais c'est cependant une bonne idée ces factions discidentes :wink: .

Patrician, je pense qu'avant de développer le monde dans lequel il vit, il faut d'abord savoir comment le héros vit ( d'ailleurs, il faudrait lui trouver un nom. je propose Spin, Meshuggah étant un peu long et compliqué à écrire :mrgreen: ). Ainsi, on adaptera le monde à ce que l'on veut que le héros puisse faire, pour ne pas être trop limité :o Il faut savoir si l'univers du perso, les constructions autour de lui sont en pierre, en verre, en métal ou dans un autre matériau, quel est le style architectural, ou s'il y en a un pour chaque faction. Si les factions vivent ensemble, ou si elles sont chacune cantonnées dans des quartiers ( avec des architectures différentes, et donc une nouvelle découverte à chaque changement de lieu ). Il faudrait aussi décider si notre ami le héros est un humain "normal", ou s'il a été modifié ( et donc appariendarit à une faction ) et possède des caractéristiques spéciales (force, détente, résistance, autorégénaration, etc )
Image
Avatar de l’utilisateur
flox
Bronze Member
Bronze Member
 
Messages: 2536
Inscription: 10 Avr 2005, 11:11
Localisation: savoie

Messagede Meshuggah » 10 Sep 2006, 13:07

alors deja c'est bien si vous apprecié le concept :D
maintenant c'est vraiment une ebauche, une sorte de plan directif , les choses sont loin d'etre figé !

alors pour le premier livre, le but est un peu de "copié" un seigneur des anneaux ou un dune qui propose une chronologie de l'univers qu'ils ont crée . Simplement au lieu de faire une simple chronologie, je voulais lui faire prendre la forme d'un livre d'historien. D'une certaine maniere, ce n'est que le prologue de l'histoire, une mise en place des tensions , de ce qu'a subit l'humanité, de sa profonde modification , des tensions politique , de l'architecture, de l'evolution des technologies (donc c'est la que l'on pourrait definir ce dont tu parles flox, ) , des guerres , des empires et leur chute ect ..... ce premier tome ne serait par exemple pas indispensable a l'histoire mais serait un complement pour plonger le lecteur dans l'univers.

en faite le "heros" tel que tu le decrit flox, se retrouve plus dans le second tome avec notre aventurier stellaire. Il est effectivement poursuivi ( ou entravé ) par une caste (d'ou poursuite sur planetes , fuite ect ..... ? ). De plus il est accompagné par son equipage ect (donc des perso a develloper ). Je le vois comme une sorte d'indiana jones-ian solo- commandant cousteau . Il est avec personne (comme ian ) mais a un but ( comme cousteau ) et est aventurier archeologue (a l'indian jones ).

Mais comme je l'ai dit tout cela est a definir, lancé vous donné des idées, on stucturera apres, pour l'instant si vous voulez vous laché.
Apres si certain on des talent de graphiste pour representé l'univers :bravo:

ah oui sinon flox, question architecture , je pense qu'un empire vaste regrouperait tout les types , la technologie ne pouvant etre homogenement reparti entre la bordure de l'empire et son coeur .Et puis la difference de culture , de climat ect .... On peut passer du planetes dortoir a l'architecture sombre et monolitique, au faste architectural et gigantesque de la planete mère, au faubourg mal famé d'une colonie minière jusqu'a l'autarcie d'une station orbitale eloigné ect ......

Mais je crois que la premier question a ce posé est celle -ci:
Quell est le moyen de transport utilisé pour parcourir les années lumieres separant les different systeme sollaire ect.... ?
-hyperespace
-vitesse proche de la lumiere ?
-carburant "conventionnelle" ( qui permet d'atteindre par exemple 1/3 vitesse lumiere ) couplé avec la cryogenisation
-autre idée ? (genre warp a la warhammer 40k :wink: )

car le moyen de transport influera sur la gestion de l'empire. S'il est rapide, on aurait affaire a une gestion commel'on connait aujourd'hui, avec des flottes stellaires capable d'intervenir pour matter toutes rebellion assez rapidement (en plus un moyen de transport rapide accentue les echanges commerciaux et donc la diffusion des technologies ect..... )
Par contre s'il est plus ou moins lent , les regions serait assez autonome, la flotte imperial ne pouvant intervenir rapidement , les echanges commerciaux etant lent, la technologie serait heterogenement reparti avec des regions plus ou moins archaique.

Voila donné votre point de vue sur ce premier point, il permettra ensuite de develloper un peu plus le background :wink:
on verra ensuite le cas des castes et des factions, mais pour commencer, reglons le probleme du moyen de propulsion : a vous de jouer !
"Too many mutha 'uchers 'ucking with my shi "
Image
Avatar de l’utilisateur
Meshuggah
Silver Member
Silver Member
 
Messages: 3598
Inscription: 21 Déc 2005, 23:00
Localisation: Nancy

Messagede flox » 10 Sep 2006, 13:21

Je pense qu'il faudrait faire des vaisseaux, mais avec des vitesses variables : rapide pour les riches, lent pour les pauvres, comme ça l'ami Ianousna ( quel belle contraction de ian , cousteau et indiana :mrgreen: ) pourra se voir obliger de voler un vaisseau, et donc avoir besoin d'aide, et être obligé de la prendre là où elle vient. Celà premettra aussi d'avoir des batailles spaciales où les vaisseaux pourront ressortir endommagés, et devront donc être changé, donc soit volé, soit acheter avec la monnaie locale, gagné en travailant pendant un certain temps dans un endroit où il est bloqué ( et donc découvrir une culture ), etc.

et je pense qu'il faudrait que le héros apparaisse dès le début. Que l'on découvre sa jeunesse ( et donc encore une fois la culture de ce monde ), et qu'il se termine par une découverte dans des ruines qu'il fouille pour ue raison à déterminé, ou la version plus romanesque d'un membre de sa famille qui faisait partie de la rébellion et lui confie un manuscrit ou une carte qui lui explique qu'il doit trouver quelquechose pour sauver le monde, et aura pour celà besoin d'aide... :wink:
Image
Avatar de l’utilisateur
flox
Bronze Member
Bronze Member
 
Messages: 2536
Inscription: 10 Avr 2005, 11:11
Localisation: savoie

Messagede Meshuggah » 10 Sep 2006, 13:30

mais quand tu dis rapide par exemple, tu vois ça comment : vitesse lumière ? hyperespace ? parce que dans l'immensité de l'univers, meme avec la vitesse de la lumiere , il faudrat des dizaines d'année pour aller d'un point a l'autre ( pour info, alpha centaure, l'etoile la plus proche du soleil est a 4.4 années lumieres, il faut donc plus de 4 ans meme a la vitesse de la lumiere pour y accéder ! )
Par contre pour l'histoire des differences entre transport de riche et de pauvre c'est une bonne idée.

apres pour le heros (attention, je le vois justement un peu comme un anti heros ), on verra apres t'inquietes , mais je crois qu'avant il faut definir de le background de base avant.
"Too many mutha 'uchers 'ucking with my shi "
Image
Avatar de l’utilisateur
Meshuggah
Silver Member
Silver Member
 
Messages: 3598
Inscription: 21 Déc 2005, 23:00
Localisation: Nancy

Messagede Meshuggah » 10 Sep 2006, 13:33

attendais je vais créer un topic special les gars (apres avoir vu ça avec spin et pour pas trop encomber ce topic ) :wink:

bon pour cveux interessé par l'elaboration du projet "le cycle du néant" c'est par la
http://forum.xbox-mag.net/sutra829527.html#829527
( spin , tu peux par exemple mettre ce lien dans ton premier post ^^)
"Too many mutha 'uchers 'ucking with my shi "
Image
Avatar de l’utilisateur
Meshuggah
Silver Member
Silver Member
 
Messages: 3598
Inscription: 21 Déc 2005, 23:00
Localisation: Nancy

Messagede Yobwo » 10 Sep 2006, 14:19

Super idée, ton projet participatif ;)

Je vous propose, juste pour le plaisir (enfin j'espère), un texte écrit il y a belle lurette et inspiré de Ghost in the Shell. C'est plus psychologique que SF mais, ça s'intégre dans la logique du film et la manière dont je la perçois.
______________________________________________

AME D'ACIER


Dans un néant de noirceur absorbant chaque particule de lumière, trônait un pantin blanc. La marionnette pendait au bout de fils d’acier et de tuyaux épais, annelés, secoués de trépidations irrégulières. Une vision malsaine. Le pantin était un exosquelette en assemblage. Une œuvre unique, rayonnante de technologie. Ce qui devait être le crâne demeurait inerte, décomposé en multiples parties prêtes à s’emboîter selon la logique de leurs articulations mécaniques. Légèrement surélevé, le cerveau artificiel pulsait. Le sarcophage l’accueillerait bientôt. Le reste du corps de métal se mélait aux muscles organiques modifiés. Une composition bio-mécanique du plus bel effet.

Un ange déchu.

Soudain, comme autant de vivants, les plaques laissées à l’abandon se soudèrent les unes aux autres afin de constituer un robot humanoïde. D’un seul coup le pantin devenait créature féminine. Le tout avait été modelé ainsi. Aussi beaux soient-ils, les seins, la courbure des hanches, le galbe des jambes dégageaient une froideur inconcevable. L’esthétique ne masquait pas la blancheur gelée du métal poli. Cependant, l’ensemble était fascinant. Une fascination inexplicable, obsessionelle : celle d’un homme qui voit en une femme son épouvantable solitude. Une contemplation tragique à deux pas du gouffre. L’androïde finit par disparaître, aspiré au cœur d’un réseau trop complexe pour le commun des mortels. Une couche dense couleur crème ondulait à la surface d’un bassin circulaire. On distinguait de vagues cabines renfermant des scientifiques attentifs. La même noirceur régnait, hormis autour du bassin si clair qu’il servait d’unique éclairage. Au fond, la poupée s’éleva lentement par un mouvement d’apesanteur hypnotique. Le liquide adhéra sur toute la surface de son corps quand elle le traversa. Le pantin de métal devint statue grecque irradiant de majesté hautaine. Parallèlement, elle semblait plongée dans un sommeil sans fin qui lui conférait une beauté triste.

Une princesse endormie.

Elle lévita un moment puis la couche crème commença à se fendiller, à craqueler et à s’émietter en pluie de flocons de neige. Les cheveux apparurent, aussi noirs que leur environnement. La peau rose, douce achevait de fournir une parcelle d’humanité à cette machine. Il ne restait qu’une femme nue, inconsciente, dont personne n’aurait soupçonné la nature. Une force tranquille fabuleuse à la personnalité inconnue et aux capacités irréelles.

Ne restait aux yeux qu’à s’ouvrir.

La sonnerie stridente du réveil sortit Yohura de ses rêves. Elle ouvrit les yeux sur sa main étendue à quelques centimètres de son visage. Elle vit dans les doigts repliés une sorte de sérénité. En même temps, elle ne pouvait chaque fois s’empêcher de se demander si cette vision n’était pas réelle. Une telle fulgurance, une telle régularité si convaincante… Il y avait matière à se poser des questions.

Le rideau tiré, l’éclat du soleil blessa le regard somnolent. Yohura se protégea du bras pour observer la crête des immeubles. De son appartement, la jungle urbaine prenait la plénitude de son sens. Les tours en granit jaillissaient à des hauteurs diverses, cimes perdues au sein du ciel. Bleu pur, il se confondait avec la mer, à peine plus sombre. L’eau scintillait au loin, émergeant au détour des façades rendues aveuglantes par la réverbération. Pas un nuage. Le temps magnifique avait quelque chose d’envoûtant. Elle ouvrit la fenêtre. Un vent chaud se faufila dans la pièce aux odeurs de renfermé. Ce fut un baume salvateur. Des mèches de cheveux frissonnèrent, voletant au gré des bourrasques. Immobiles, ses prunelles pâles, teinte mercure fondu, se perdirent au sein de l’horizon. La ligne de séparation entre la mer et les cieux offrait un au-delà à son esprit embrumé. Un refuge bienheureux.

Puis un élément crucial la ramena à la réalité. Huit heures. Rien ne pressait mais pourquoi traîner ? Yohura n’aimait pas ça. D’un autre côté, elle se sentait insouciante, la tête hors des préoccupations qu’exigeait ce jour précis. Elle se leva et rentra dans la cuisine. Là aussi la fenêtre fut ouverte. La pièce n’était pas grande, juste l’espace suffisant pour une petite table, un évier, les appareils nécessaires, etc. Le carrelage froid passa inaperçu. Elle mit la cafetière en route et patienta. Le rêve était encore frais, balayant ses pensées. Yohura aggripa son avant-bras, les yeux vides. Le contact sur son épiderme lui renvoya la totalité des sensations propres à n’importe quel humain. Néanmoins, elle doutait toujours.

La chaleur faisait saillir ses veines qu’elle caressa machinalement. Leur élasticité la réconforta. Quel ingénieur était assez zélé pour s’occuper de ce genre de détail ? Elle secoua la tête, chassant sa crédulité, et s’accouda au rebord de la fenêtre. A l’ouest, les collines boisées resplendissaient.

« Nous sommes bénis des dieux, aujourd’hui » murmura-t-elle.

Après une quinzaine sans la moindre éclaircie, le climat relevait du miracle. Un bras rabattu autour de sa taille, une main dans une chevelure en bataille, droite et immobile, Yohura eut une absence. Juste le temps que les dernières gouttes de café suintent du filtre. Elle sortit alors une tasse qu’elle posa rapidement sur la table et se servit tout en ramenant une mèche récalcitrante derrière son oreille. Une fois assise, elle but une gorgée puis se décontracta. La surface vernie devint un second oreiller à l’inconfort relatif. Peu importe. Elle étudia son attitude. L’apaisement, le bien-être qu’elle exhibait sans retenue ne convenaient pas à une âme artificielle. C’était l’apanage des humains, d’êtres de chair et de sang, naturellement biologiques au-delà de l’identité potentielle. Le réconfort du liquide noir coulant en elle n’atténuait cependant pas une certaine vacuité ressentie au niveau de la poitrine. La trainée de feu exaltait l’indécision.

Dans la salle de bain, elle ôta sa longue chemise trempée de sueur et se réfugia dans la douche. Le robinet grinça et après quelques hoquets, un jet puissant aspergea son corps las. Elle resta ainsi un moment, baignée de fraîcheur, sensible à ce plaisir simple. Comme un défi jeté au rêve, elle frappa sèchement le mur dont la peinture vola en éclat. De fins résidus de plâtre gisaient à même le bac couleur émail. Son poing ne trahissait aucune douleur et seule une vague rougeur confortait son acte. Le flot se tarit. Un séchage vite expédié en raison de la température lui évita de perdre plus de temps.

Yohura fit face au miroir. Elle était vraiment très belle femme. Tout le monde s’y trompait toujours. Et les hommes ne manifestaient ni honte, ni remords à l’observer. L’idée l’amusa .

Quels imbéciles !

En même temps, malgré son humaine perfection, jamais aucun d’eux ne la toucherait, ne l’embrasserait. Aussi nobles soient ses intentions, aussi pur soit son amour. En aucune façon. C’était le prix à payer. Elle se demanda jusqu’où son organisme artificiel avait été poussé. Pouvait-elle… ?
Bien sûr que non.

Alors à quoi servait ce travail titanesque dont elle était issue ? A quoi bon ?

Elle soupira et se détourna de son reflet, soudain trop insupportable. Elle pleura en maudissant ce vice inné qui lui permettait de prendre pleinement conscience de son état sans pouvoir y remédier. Les larmes chatouillèrent ses joues tandis que sa vue se brouillait. Adossée au mur froid d’une pièce étouffante, elle se laissa aller au désespoir. Un visage aimé lui revint en mémoire. Son impuissance n’en fut que plus forte. De rage, elle brisa la glace. Se ressaisir devenait vital. Lentement, Yohura reprit son souffle et calma les bonds de son cœur puis, réprimant un sanglot, se remit debout. Un tel gouffre séparait son âme de son corps. L’apparence ne dissimulerait pas indéfiniment sa nature. Tôt ou tard, il faudrait choisir entre enterrer ou assumer.

Elle enfila sa tenue de service. Gants et bottes blanches la complétaient. Une ceinture empêchait tout flottement à la taille. Elle chargea un automatique qu’elle rangea dans un étui fixé autour de sa cuisse. Nouveau jour, nouvelle mission. Travailler pour eux n’était pas reposant. Par contre, les soucis se noyaient dans le feu de l’action. L’instinct supplante à merveille la réflexion. Un soulagement plus qu’espéré. Droite, le front haut et fier, elle ensevelit ses tourments et se concentra. Le vêtement la mettait en valeur, sublimait son tempérament guerrier. Le poids du corps sur une jambe, légèrement cambrée, elle examina le verre cassé où se multipliaient des fragments de son visage. Laquelle de ces images était-elle ?

Toute…
Aucune…

Comment savoir ? Et si ses propres pensées ne lui appartenaient pas ? Comme cette maudite chair de pacotille ! Elle imagina des hectares de peau cultivés pour approvisionner ses successeurs. Quel dégoût… la vision lui répugnait. Malgré que sa tare fût invisible, elle demeurait lésée, symboliquement rejetée. N’importe qui se serait abandonné contre sa poitrine mais l’idée, l’idée seule suffisait à la condamner.

« Machine parfaite, reproduction dénuée de défaut, je reste non-humaine »

L’implacable constat revenait sans cesse. L’homme ancré sur un symbolisme en devient dépendant jusqu’à ne plus différencier le juste de l’idiot. Et elle en était victime. Apporter quelque chose, briser ce cercle… l’échec lui faisait bien trop peur.

« Si le conflit qui me déchire ne trouve qu’une énième barrière, je serai détruite »

Le danger.

Affronter la mort, accomplir l’impossible et sortir vainqueur là où un humain aurait perdu la vie, sa nature le lui permettait.
Sauter plus haut, courir plus vite, ne pas ressentir la douleur, la fatigue, le froid et la chaleur, ignorer la faim, ne rien oublier et ne jamais faillir : combien d’humains en avaient rêvé ?

Et combien elle rêvait d’être humaine…

Avec un horrible grincement, la porte se referma. Le logement était maintenant vide. Le vent secouait de fins rideaux blancs. Une tasse traînait dans l’évier. La salle de bain, encore humide, avait une odeur de parfum. Une chemise de nuit était accrochée au portant.

Il n’y avait pas de photos de famille…
Avatar de l’utilisateur
Yobwo
Gold Member
Gold Member
 
Messages: 6194
Inscription: 15 Oct 2005, 13:35
Localisation: Parti vadaasch...

Messagede Meshuggah » 10 Sep 2006, 14:34

vraiment bien :o
ton aide sera tres precieuse pour le projet "le cyle du néant" ainsi que tes talents en dessin :wink:
"Too many mutha 'uchers 'ucking with my shi "
Image
Avatar de l’utilisateur
Meshuggah
Silver Member
Silver Member
 
Messages: 3598
Inscription: 21 Déc 2005, 23:00
Localisation: Nancy

Messagede Spin » 10 Sep 2006, 17:58

Je vous prépare un petit scénar aussi, pour l'instant rien de concret, je vous propose les premiers lignes pour saliver un peu :)
- Capitaine !
- …
- Capitaine ! Bon sang capitaine ! Ils arrivent, il faut agir, qu’attendez vous ?
- … Je sais lieutenant, je sais. Préparez-le !
- A vos ordres !

Le capitaine Howard semblait horrifier, le regard dans le vide, pointé vers ses écrans de contrôles, il posait le doigt sur le bouton rouge et jaune au centre de ton terminal.

- Il n’y a plus d’espoir ? que dois-je faire, tant de vies humaines. Mon dieu, aidez moi… Aidez moi je ne peux pas faire ça !
- C’est le moment monsieur, fin du compte à rebours dans 10, 9, 8, 7…
Howard était dans ses pensées.
- Excuses moi Linda, excusez moi tous, votre vie est entre mes mains…
- 6, 5, 4
- Adieu la terre.
- 3, 2, 1…

Eric Howard fermait ses yeux humides, laissant échapper une larme, le poing fermé, il appuya sur l’interrupteur.


Quelques instants plus tard près de l’orbite de Neptune, à bord de l’Hermite caché dans l’ombre de Triton.
- Général Russel, nous venons de recevoir la confirmation.
- Oui ?
- La Terre…La Terre n’est plus… Général.
- Bien, Howard a accompli sa mission, repose en paix mon ami, tu as sacrifier 20 milliards d'âmes, mais c'était le seul choix. Il ne reste plus beaucoup de survivants mais nous continuerons la lutte.
Spin
XM | Vétéran
XM | Vétéran
 
Messages: 22537
Inscription: 09 Juil 2002, 10:43
Localisation: Oxford
Gamertag: Spin T30

Messagede flox » 10 Sep 2006, 18:07

il posait le doigt sur le bouton rouge et jaune au centre de ton terminal.

Il faudrait changer ça, c'est un peu trop enfantin le bouton rouge et jaune. J'aurais plutôt mis le bouton central de son terminal :wink:

A part ça, bon boulot ( mais un peu court :lol: ) :wink:

20 milliards de morts, ça devait être une sacré explosion par contre :mrgreen:
Image
Avatar de l’utilisateur
flox
Bronze Member
Bronze Member
 
Messages: 2536
Inscription: 10 Avr 2005, 11:11
Localisation: savoie

Messagede Spin » 10 Sep 2006, 18:08

ouais j'avoue ça était fait à la va vite, donc tout est à reprendre, pas seulement cette phrase, j'étais en manque d'inspiration hier soir.
Un sacré grosse explosion, il vient de faire péter la terre le con :mrgreen:
Spin
XM | Vétéran
XM | Vétéran
 
Messages: 22537
Inscription: 09 Juil 2002, 10:43
Localisation: Oxford
Gamertag: Spin T30

Messagede Yobwo » 10 Sep 2006, 18:30

Il va falloir une justification béton :mrgreen:
Avatar de l’utilisateur
Yobwo
Gold Member
Gold Member
 
Messages: 6194
Inscription: 15 Oct 2005, 13:35
Localisation: Parti vadaasch...

Messagede Meshuggah » 10 Sep 2006, 19:17

la suite

Mais a bord du vaisseau du capitaine Howard, Lynda se presente au pont avec dans la main une missive provenant de l'ingenieur radio:
-chef, on a reçu un message de la terre envoyé avant le tir.
- que ..... comment ...... comment est-ce possible ?
-je vous le lit : " arretez tout ....stop.... message vital à vous transmettre ....stop " .
- et c'est tout ? s'exclame febrilement le capitaine Howard
-bah oui ....... en meme temps c'est peut etre pas important .
Howard resta sans voix. Linda recoiffa une de ses mèches blondes avant de continuer:
-Je leur reponds quoi ?



:mdr:
"Too many mutha 'uchers 'ucking with my shi "
Image
Avatar de l’utilisateur
Meshuggah
Silver Member
Silver Member
 
Messages: 3598
Inscription: 21 Déc 2005, 23:00
Localisation: Nancy

Messagede Spin » 10 Sep 2006, 19:29

je retravaille tout le truc, ça devrait être pas mal ;) Je pense que si j'arrive à vous faire 3 ou 4 pages word, je vous déroulerais un topic :)
Spin
XM | Vétéran
XM | Vétéran
 
Messages: 22537
Inscription: 09 Juil 2002, 10:43
Localisation: Oxford
Gamertag: Spin T30

Messagede Meshuggah » 10 Sep 2006, 19:38

on attend de voir ce que cela va donner :wink:
"Too many mutha 'uchers 'ucking with my shi "
Image
Avatar de l’utilisateur
Meshuggah
Silver Member
Silver Member
 
Messages: 3598
Inscription: 21 Déc 2005, 23:00
Localisation: Nancy

Messagede Yobwo » 11 Sep 2006, 00:36

Du coup, je me suis lancé dans un truc aussi. Je ne sais pas du tout où je vais mais je vais essayer de développer un petit background. Je me rend compte que je n'avais pas vraiment écrit de pure SF traditionnelle. Est-ce que je m'inscrit dans une optique K.S. Robinson ou est-ce que je penche vers du K. Dick... ? On verra bien ^^

Pondu ce soir-même, c'est tout frais :)

C'est à la fois une possible histoire et de la simple "matière". J'ai été inspiré par la récente actualité scientifique :
_______________________________________________________________


PLUTON


Le vaisseau glissait lentement dans l'immensité sombre d'un coin quelconque de l'univers. Il était difficile d'imaginer, en l'absence de corps célestes imposant à proximité, que cette nuit éternelle puisse être tridimensionnelle. Elle ressemblait à une toile peinte, semblable à celle utilisées comme décor dans les vieux films du vingtième siècle. Films dont ne demeuraient que de très rares traces. Amusant de penser que certaines craintes ou espoirs de l'époque s'étaient effectivement réalisés. Mais la Terre, et par extension la galaxie avait changé du tout au tout depuis. En ce début de cinquième millénaire triomphant, la conquête spatiale n'était plus un rêve. Elle était l'apanage de la population. Démocratiser le système solaire. Offrir à la foule Alpha du Centaure.

Qui s'en émerveillait aujourd'hui ?

La Terre n'avait d'ailleurs plus qu'un rôle symbolique. Mars avait pris le relais en compagnie des stations de Jupiter. Mars en tant que première colonie extra-terrestre. Jupiter en tant que leader incontesté des nouvelles technologies de conquête. Bien sûr, cela ne s'était pas fait sans un lot de conflits souvent meurtriers. La vieille Mère n'avait pas lâché son titre si facilement. Il avait fallu lui arracher par la force. La force physique et la force des choses. Quoique l'on dise, quoique l'on pense, quoique l'on fasse, les choses évoluent. Et elles avaient évoluées jusqu'à la situation actuelle, celle d'un système solaire, plateforme de lancement multiple vers les confins de la galaxie. Des planètes autonomes liées par un conseil arbitre. Le Congrès des Mondes Unifiés. Un pouvoir de bonne figure rassemblant les ambassadeurs de chaque planète et traitant des affaires courantes, apaisant les tensions, prévenant les ruptures. EN réalité, il n'avait pas davantage de poids que ses prédécesseurs. La Société des Nations et les Nation-Unies avaient été des échecs. Trois autres tentatives avient fait illusion pour finalement s'effondrer. En 4103, les pouvoirs ne parvenaient toujours pas à s'accorder dans un intérêt commun. A croire que les capacités politiques et sociales humaines n'étaient pas si développées que cela.

« Foutus hommes ! » grommela le capitaine Alandross.
« Vous disiez, capitaine ? » demanda, surpris, le navigateur.
« Rien, rien... »

La frégate minière C.W. Tombaugh ralentit sa course en vue de l'arrimage imminent à la station-dépôt située sur Charon. Pluton n'était certainement pas la planète la plus influente du système. Depuis 2006, elle avait perdu son rang de planète officielle pour être reléguée au statut de planète naine. Il était intéressant de noter les discriminations nées du statut même des astres. Ainsi Jupiter possédait une autorité naturelle conférée par sa taille gigantesque et la monstruosité de ses tempêtes. Certains politiciens peu scrupuleux avaient ressorti des cartons poussiéreux de l'Histoire une théorie antédiluvienne et infirmée depuis des lustres. Selon eux, Pluton était un ancien satellite de Neptune et devait donc se plier aux exigences de sa « tutrice ». Les autres se justifient de leurs décisions par le fait que l'influence de Neptune a capturé le corps indépendant qu'était Pluton et l'avait intégré au système solaire. Les Plutoniens étaient donc considérés comme des sous-hommes. L'humanité revenue au pire heure de l'esclavage...

Pluton subsistait grâce à la proximité de la Ceinture de Kuiper qui fournissait quantité d'astéroïdes et de minerais. Sans le travail des miniers de Pluton, Charon, Nyx et Hydra, les vélléités spatiales du CMU, chapeauté par Mars et Jupiter, tourneraient au ralenti. Ce détail n'intéressait personne. Après tout, n'avait-il pas semblé normal que les Noirs crèvent dans les champs de coton américains avant qu'une poignée d'intellectuels ne commencent à s'insurger au fin fond de leurs salons ? Le fameux bégaiement de l'Histoire. Les tares de la civilisation. A la fin, ce joli tableau si imbu de lui-même volerait en éclats. Dans dix ans. Dans cent. Dans mille...

Le capitaine Alandross était Mercurien. Agé de 36 ans, il avait grandi dans les bases souterraines de sa planète natale, enterrées sous le régolithe. La chaleur stockée le jour alimentait les nuits. Son père avait administré une base du pôle Sud où la température ne dépassait jamais -200°C. Nathan préférait le centre de Mercure. La chaleur insoutenable du Soleil qui obligeait les installations à se terrer ainsi. Cela correspondait plus à son tempérament bouillant. Envoyé à la périphérie du système solaire aux commandes de ce vaisseau minier, une fois ses classes terminées, il avait traversé une période de déprime intense. Pluton était l'opposé de ce qu'il avait connu et apprécié. Pourtant, au contact des travailleurs, Nathan avait appris à aimer ce bout de caillou gelé, méprisé par l'ensemble des autres planètes. C'était un joyau de vie, de tolérance et d'inventivité. L'endroit le moins sclérosé de ce putain d'univers.
Avatar de l’utilisateur
Yobwo
Gold Member
Gold Member
 
Messages: 6194
Inscription: 15 Oct 2005, 13:35
Localisation: Parti vadaasch...

Messagede Meshuggah » 11 Sep 2006, 01:45

J'aime bien ton style d'ecriture , vraiment :D
je vois bien ce genre de recit s'inscrire dans la trame du "cycle du néant", dans l'ère post- guerre des religions, quand l'empire se mettait en place et avant que l'humanité se scinde .
Si tu le souhaites, et lorsque les choses auront bien avancé ,tu pourra ecrire le tome II , je pense que le recit de ce tome conviendra a ton style d'ecriture :)
perso, je penche plus pour le tome I , mon penchant pour l'histoire en est pour beaucoup ^^
Mais franchement , je pense que ton style conviendrait parfaitement , en tout cas j'en serais ravi !
Je pourrait aussi utiliser les meilleures idées du background de tes recits (comme ta description des dominance au sein du systeme solaire ) pour les condenser dans le tome I, qui relatte l'expansion humaine ect ....

Mais sans vouloir te commander , essaye de voir en tes recits comme un epilogue, comme des sortes de nouvelle avant les premiers tome (ou plutot se deroulant durant le premier ). Car cela serait sympa que les choses se recoupe, cela develloperait le background (comme le faisait asimov avec ses nouvelles qui se passait parfois 5000 avant avant son "fondation" )
a toi de voir mais cela pourrait etre tres interessant :wink:
"Too many mutha 'uchers 'ucking with my shi "
Image
Avatar de l’utilisateur
Meshuggah
Silver Member
Silver Member
 
Messages: 3598
Inscription: 21 Déc 2005, 23:00
Localisation: Nancy

Messagede Yobwo » 11 Sep 2006, 09:17

Pas de problème. Je peux faire un ptit texte de temps en temps sur ces périodes. Sur différents thèmes d'ailleurs. Pour parler de ce qu'on aura débattu dans l'autre topic par exemple ;)
Avatar de l’utilisateur
Yobwo
Gold Member
Gold Member
 
Messages: 6194
Inscription: 15 Oct 2005, 13:35
Localisation: Parti vadaasch...

Messagede Avalon » 11 Sep 2006, 13:41

Avalon ça tue !!!! cherchez pas, il y a pas mieux. :bravo2:
ImageImageImageImage
Créateur du MOVIE QUIZZ dans le monde des forums !!!
Initiateur du FORUM PC sur ce forum !!!
Avatar de l’utilisateur
Avalon
The Survivor
The Survivor
 
Messages: 13204
Inscription: 28 Aoû 2002, 14:38
Localisation: Real World

Re: [Topic Expérimental] La Science fiction et vous ?

Messagede Meshuggah » 26 Juil 2016, 22:54

Ah l'epoque où nous etions jeunes, insoucients, et plein de rêves !
"Too many mutha 'uchers 'ucking with my shi "
Image
Avatar de l’utilisateur
Meshuggah
Silver Member
Silver Member
 
Messages: 3598
Inscription: 21 Déc 2005, 23:00
Localisation: Nancy

PrécédenteSuivante

Retourner vers Culture

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité
cron